Actualités

Actualités et sujets concernant nos activités


Wednesday, 09 May 2018
Les gratte-ciel en bois FSC sont en hausse

240 Blackfriars Road im Zentrum Londons (© Great Portland Estates)© Great Portland Estates

La certification de projet FSC permet aux entrepreneurs et aux constructeurs de travailler ensemble pour assurer l'utilisation de bois durable dans leurs bâtiments. La certification de projet peut s'appliquer aux nouveaux bâtiments, aux rénovations et aux événements tels que les festivals et les expositions.


Le 240 Blackfriars au centre de Londres est un tel bâtiment, achevé en 2014, contenant plus de 780 mètres cubes de bois de différentes formes, du contreplaqué pour la construction aux accessoires de cuisine et au bardage.

Pour qu'un bâtiment puisse obtenir la certification FSC de projet complète, plus de 50 % du bois doit être certifié FSC. Dans ce cas cependant, 98% du bois a été certifié, un résultat fantastique de l'entrepreneur MACE et The Great Ropemaker Partnership (une joint venture entre Great Portland Estates plc et le BP Pension Fund avec Great Portland Estates plc agissant en tant que Development Manager). Le reste du bois provient de sources recyclées.

Les deux liens suivants mènent à des articles sur la construction d'immeubles de grande hauteur utilisant le bois comme matériau de construction.

Michael Green, un architecte canadien, ne montre pas seulement les possibilités de la nouvelle construction en bois, il souligne également le sens et la nécessité d'utiliser le bois comme matériau de construction pour les immeubles de grande hauteur à l'échelle mondiale. Michael Green: Why we should build wooden scyskrapers

Le court article de The Economist sur youtube : Les gratte-ciel en bois sont une solution ambitieuse et innovante aux problèmes causés par l'urbanisation croissante, non seulement ils peuvent être construits plus rapidement, mais ils ont aussi une empreinte climatique plus petite que les bâtiments en béton et en acier. The Economist : The Economist: Wooden skyscrapers could be the future for cities